dimanche 16 décembre 2012

PIGEON DE LUXE

Je ne supporte plus Gérard Depardieu. Comme acteur j'entends. Il est loin le temps de sa splendeur, d'Uranus, de Cyrano de Bergerac ou du Choix des armes. Depuis un certain temps quand je le vois dans un film ou une fiction je ne découvre plus le personnage qu'il est sensé jouer mais Gérard Depardieu lui même. La magie n'opère plus, il est fini. Dans le même panier on peut rajouter un certain Alain Delon qui a tout de même la décence de ne plus jouer du tout pour se concentrer sur le tripotage de Miss. Il a raison et il doit se régaler. Depardieu préfère, comme il le dit lui même, profiter de la vie et tourner dans des films pour prendre ses 100, 200 ou 300.000 euros par prestation. Qui ne les prendrait pas ? Je dois dire que son exil fiscal ne m'a fait ni chaud ni froid. La seule information qui m'a choqué c'est qu'il dise que c'était pour découvrir un coin bucolique et charmant de la Belgique. C'est vraiment se moquer du monde contrairement à Monsieur Delon qui assume complètement sa résidence en Suisse depuis des années ou monsieur Sardou qui campe à Miami depuis plus longtemps. C'est moins hypocrite et plus acceptable à mes yeux. Et puis Néchin c'est vraiment paradisiaque ! Mais je dois dire qu'en découvrant ce matin la lettre ouverte de notre GG national à Jean Marc Ayrault je n'ai pu m'empêcher de penser qu'il avait raison. Il gagne de l'argent ? Et alors ? Il enfreint des lois ? Non. Il a volé quelqu'un ? Non. Il a tué quelqu'un ? Encore moins. Alors où est le problème?  Combien feraient la même chose ? Heureusement qu'il s'appelle Depardieu sinon les journalistes et notre cher gouvernement ne sauraient quoi dire. Ce sont les lois et les règlements qui sont mal faits et non ceux qui les utilisent. Il n'est répréhensible de rien sauf d'avoir réussi. Cette affirmation s'applique à des dizaines de personnes, patrons de PME, de société qui sont offusqués de devoir, non pas participer, mais assumer totalement cette foutue crise. Ces gens là ont des devoirs certes mais aussi des droits, et ce sont ces droits que l'on bafoue. On change les règles en permanence et on leur demande de se taire. Récemment des patrons français regroupés sous le pseudonyme de "pigeons" se sont opposés au gouvernement qui voulait durcir les règles fiscales de transmission de société ou d'imposition. Ils ont eu raison. La réussite ne plaît pas en France, même si elle est petite. On commence à reprocher à la classe moyenne d'avoir une jolie maison, une belle voiture, d'avoir investi dans un appartement de location ou une résidence secondaire ( bientôt surtaxée !) ou de partir une semaine au ski ou en voyage. Le regard des gens change et celui qui n'a pas ce qu'il veut jalouse rapidement son voisin. Il m'est arrivé de le vivre au quotidien et c'est exaspérant. Alors même si l'affaire Depardieu est exacerbée, elle est la pointe de l'iceberg France qui fond inexorablement. Et quand il aura complètement fondu les pingouins du gouvernement qui sont dessus auront bien du mal à se nourrir.

Aucun commentaire: