jeudi 25 février 2010

Martine explique les règles...


Martine Aubry vient d'exclure pour 2 ans les colistiers PS de Georges Frêches en Languedoc Roussillon. C'est dommage, ce sont les seuls représentant du PS qui auraient pus être élus fin mars à la tête de la région. Parce que dans tous les cas je vois mal Mme Mandroux être élue. Pauvre femme d'ailleurs, obligée par le PS parisien de mener une liste contre le champion sudiste, avec la certitude de se ramasser comme jamais. De toute façon elle n'avait pas le choix : soit elle refusait et aux prochaines municipales elle n'aurait eu aucun soutient de l'appareil, soit elle acceptait et elle faisait un score ridicule. A choisir je pense qu'elle aurait du prendre la première solution car dans tous les cas la prochaine bataille municipale se jouera sans Frêches, façon "gauche plurielle", avec les écolos et tuti quanti. Elle n'aura pas besoin du soutient du bureau politique du PS qui s'enfonce lentement mais sûrement dans un gouffre électoral dont il aura beaucoup de mal à remonter. Plus la gauche parisienne tape sur Georges Frêches et plus il grimpe dans les sondages et dans l'estime des électeurs de gauche comme de droite d'ailleurs. C'est amusant de constater que la région Languedoc Roussillon est plutôt sympathisante de droite mais elle élit un représentant de gauche. Comme quand Baudis à Toulouse était élu alors que Midi Pyrénées était rose. Les gens qui travaillent vraiment sont élus ou ré élus. C'est simple et indépendant de toute logique de parti. La seule exception à cette règle évidente est la non élection de Lionel Jospin comme président en 2002. Il avait bien travaillé mais ils s'y est pris comme un manche. Pour faire campagne, au lieu d'écouter Martine Aubry il aurait mieux fait de prendre des conseils auprès de Georges Frêches....
Mme Aubry ne peut pas donner des leçons de démocratie, d'honnêteté politique et morale quand on voit la façon dont elle a été élue à la tête du PS. Pour soutenir ses décisions à l'encontre des colistiers dissidents, elle invoque " le respect des règles en vigueur au parti". Quelles règles ? On frise le despotisme. Elle applique des règles qui surtout lui conviennent. Quand a savoir si elles conviennent à tout le monde c'est un autre problème. Beaucoup au PS semblent sceptiques sur la méthode et redoutent un clash électoral. Elle fait partie de ces politiciens qui déclarent en permanence: "Nos électeurs ....etc...". Mais ils ne sont pas a toi Martine les électeurs, tu ne les a pas achetés, on ne les trouve pas en supermarché ou sur internet : Ils font ce qu'ils veulent. Et s'ils préfèrent M.Frêches tu ne peux rien y faire. De toute façon des PS sur des listes Verts, Modem ou autre il y en a déjà eu sans provoquer d'exclusions. Je me rappelle aussi, lors d'un référendum européen de toute première importance, un grand ténor à "la tronche pas très catholique" avait fait campagne contre l'avis général du parti qui était largement favorable au texte, vote des militants à l'appui. Donc sans respecter les règles et sans être exclu...bizarre, non ? Une année 2002 tristement historique, des électeurs PS ont même votés Jacques Chirac ! Et chose incroyable, sans être sanctionnés. Il faut dire qu'après le premier tour la sanction avait déjà été terrible ......!

Aucun commentaire: