lundi 5 janvier 2009

Qui est la mère de la fille de Rachida Dati ?


Et bien oui ! la question n'est pas de savoir qui est le père de cette pauvre petite mais plutôt qui est sa mère ? En effet l'histoire de France est remplie de filles et fils illégitimes, cachés, retrouvés, héritiers, reniés et ce n'est pas un marmot de plus qui va révolutionner le microcosme de la cour parisienne et sarkozienne! On s'en moque royalement du père et si madame Dati ne voulait pas qu'on fasse un fromage de cette histoire il suffisait qu'elle dise tout simplement " le papa est .... Maurice Trucmuche, on s'aime, ou plus simplement on a copulé comme des cochons un soir de fiesta et comme j'ai la quarantaine bien trempée, il est temps que je me reproduise!". Et au bout de 3 jours tout le monde aurait laisser tomber l'info sans intérêt. Même si c'est le frère de Sarkozy ou Khadafi ou Poutine, après l'émoi de la presse internationale, on serait passé au sujet suivant. Parce que ce qui importe le plus c'est de savoir ce que fait Mme Dati en tant que Ministre de la justice, dans un pays ou la population carcérale augmente, où les conditions de détentions forment de futurs ennemis publics N°1 ! Pourquoi cette dame focalise la crispation de milliers de fonctionnaires de son ministère ? Pourquoi elle se la pète sur les plateaux télé et dans les soirées mondaines au lieu de travailler consciencieusement ? Pourquoi elle change de collaborateurs tous les 3 mois ? Pourquoi je paye avec mes impôts cette femme qui réforme et négocie en Dior ? Elle fait partie de la minorité visible paraît il : mais de laquelle ? Celle issue de l'immigration qui trime au quotidien pour se faire une place au soleil ou celle pleine aux as qui virevolte dans les soirées de l'ambassadeur? Je pencherais pour la deuxième catégorie. Ses frasques n'intéressent personne et je préférerais qu'on se souvienne de ses réussites au sein de son ministère que du nom de la nounou qui va se coltiner Zorah. Parce que évidemment c'est une mère modèle : pas un jour de congés maternité, on reprend tout de suite le boulot et comme ça on croira que je bosse comme une folle. Petite Zorah, quand tu snifferas ton premier rail de cocaïne dans une orgie parisienne pour tes 20 ans avant de faire des gâteries à tout le gratin, tu penseras aux plus importants moments de ta vie où ta maman n'étais jamais là. Même pour ta naissance je crois qu'elle n'était pas là......

Aucun commentaire: