lundi 3 novembre 2008

Délit d'initié autorisé


Imaginons : je possède 1 millions d'euros. Au plus fort de la crise, les bourses mondiales chutent de 20% en une semaine et le vendredi ( vous avez remarquez, c'est souvent un vendredi qu'on tombe dans l'abîme....) la bourse de Paris touche le fond. Réaction classique, les gouvernements commencent à faire du jus et les chefs d'états européens se réunissent dare dare chez Sarkozy pour prendre des mesures d'urgence et pour rassurer les marchés. C'est là que ça devient intéressant. On passe le weekend à rassurer les financiers en leur disant en gros : " Vous allez voir lundi, tout repart, on va injecter des milliards d'euros et la bourse va repartir à la hausse !"
Lundi matin donc, à 9h00, le marché est rassuré par les milliards d'euros du couillon de contribuable européen et sans aucun risque j'achète 1 millions d'euros d'actions ayant le plus chutées depuis la semaine précédente. Oh! surprise, ces actions montent de 10, 20, 30% ! Vers 16h00 donc j'ai augmenter mon capital de 20%, sans exagérer, soit au moins 200000 euros. Sans rien faire. Pour laisser tout le monde se gaver, je ne revend pas tout de suite mes actions au risque de tout faire baisser, je laisse les copains en profiter et j'attends demain.
Mardi matin, toujours à 9h00, je vends vite fait mes actions et j'empoche ma plus value sans soucis et oh! surprise la bourse chute énormément. "La crise financière n'est pas réglée pour autant" dixit les médias du monde entier. Chouette, alors ! On pourra recommencer et prendre les gens pour des imbéciles en leur faisant croire que le yoyo de la bourse est du aux inquiétudes du marché. Merci la crise !

Aucun commentaire: